Le syndicat

« L’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé. Mais il n’est pas moins vain de s’épuiser à comprendre le passé, si l’on ne sait rien du présent » Marc Bloch

 

Du SURT à la CFDT.

 

L’histoire du syndicalisme dans l’audiovisuel et plus particulièrement de notre organisation syndicale ne peut se raconter sans évoquer l’évolution de l’organisation de l’audiovisuel.

De l’administration de l’après-guerre en 1945 à la RTF en 1959, puis de l’ORTF en 1964, l’entreprise vole en sept morceaux en 1974 (TF1, Antenne 2, FR3, Radio France, SFP, INA, TDF) avant d’affronter le secteur privé au cours des dernières décennies.

En 1959, un petit groupe de dissidents de la CGT crée le SUT (Syndicat Unifié des Techniciens).

A l’époque, il s’agit de s’affranchir de l’hégémonie de la puissante fédération CGT du spectacle et de faire reconnaître la spécificité naissante des métiers de la radio et de la télévision par rapport au cinéma.Le SUT va rapidement, en quatre ou cinq ans, s’imposer et conquérir une prépondérance dans le jeu social.

En 1960 est créée la Fédération Syndicale Unifiée (FSU). C’est une structure syndicale représentative des personnels de la RTF.

Elle comprend, outre le SUT, le Syndicat unifié des administratifs (SUA), le Syndicat unifié des ouvriers (SUO) et le Syndicat unifié des personnels artistiques (SUPA).

La FSU dont le principal acteur est le SUT va jouer un rôle prépondérant chez les techniciens et les cadres techniques.

En 1964, le congrès extraordinaire de la CFTC du 6 et 7 novembre, transforme la CFTC en CFDT (une minorité d’environ 10% des effectifs refondera aussitôt la CFTC).

En 1965 apparaît à l’ORTF le Syndicat Interprofessionnel Radio et Télévision (SIRT) CFDT.

Dès 1972 sous l’impulsion de Pierre SIMONETTI de la FSU et de Pierre REGNIER de la CFDT, une commission paritaire FSU / CFDT est mise en place avec les objectifs suivants :

Les sections CFDT et FSU doivent systématiquement travailler en commun.

Les réunions doivent être interprofessionnelles.

Le travail des sections ne doit pas se limiter à l’action revendicative commune face à la Direction. Elles doivent aussi réfléchir et examiner les conditions de la création d’un futur syndicat unique tant en matière d’idéologie, qu’en matière de structure (les notions de corporatisme et d’inter- professionnalisme doivent notamment faire l’objet de discutions approfondies).

En 1973, dans Syndicalisme-Hebdo, adressé à tous les adhérents de la CFDT, deux pages sont consacrées dans chaque numéro à des contributions  rédigées par des militants de l’ORTF.

Sur la base définie par le congrès de 1972, la volonté réelle de la FSU d’adhérer à la CFDT conduit au congrès de fusion, en décembre 1974, où sera créé le Syndicat Unifié de la Radio et Télévision (SURT-CFDT).

Parmi les principaux contributeurs de cette fusion, il faut citer entre autres : Marc AVRIL, René HAMPE, Régis FARNOUX, Maurice BILLY, François WERNER, Michel REY…

L’histoire du SURT CFDT débute avec l’éclatement de l’ORTF en 1974. Le SURT CFDT participera activement à l’élaboration de la convention collective du secteur public de l’audiovisuel signée en 1984.

Il sera un acteur incontournable dans les instances représentatives des personnels : CCE, CI ORTF, AFFAUDI.

Le SURT-CFDT sera lié étroitement avec l’évolution des entreprises issues de cet éclatement et de la transformation du Paysage Audio-visuel Français des années 80 et 90.

En 1982 TDF perd le monopole de la diffusion radio et en 1986 le monopole de la diffusion TV (hors service public). En 1987, TDF passe du statut d’EPIC (Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial)  à celui de Société Anonyme. Devenue en 1991 filiale de France Télécom, avant d’être cédée progressivement à un consortium d’actionnaires, TDF perd en 2005 le monopole de diffuseur du service public.

Dans le même temps, le SURT-CFDT deviendra dans les années 1980 la CFDT-Radio Télé avant de prendre son nom actuel de CFDT TDF.

 

Le Bureau National CFDT-TDF remercie tout particulièrement M Denis Fromont pour la réalisation de cette synthèse de l’histoire de notre syndicat.

Documentation :

– Fond de documentation de l’ACHDR

– Georges HORNN : Syndicalisme et service public de la radio et télévision.

2